Le Pavillon France pour l’Exposition Universelle de Dubaï 2020 dessiné par l’Atelier du Prado

Localisation :

Choix techniques :

Certifications :

Fabricants du projet :

Désolé, aucun fabricant ne s'est manifesté pour ce projet.

Budget :

Surface :

5100

Parcelle :


La secrétaire d’état auprès du ministre de la transition écologie et solidaire, Brune Poirson a dévoilé aujourd’hui le projet lauréat pour le Pavillon France Dubaï 2020. C’est l’Atelier du Prado fondé par l’architecte Jean-luc Perez qui a été désigné lauréat. Son projet s’étend sur 55 mètres de large, 20 mètres de haut et 63 mètres de profondeur pour totaliser 5 100 m2 et 1 160 m2 de jardins.

Voir aussi :

Le parti pris architectural de l’Atelier du Prado surprend en faisant de la file d’attente l’élément central du projet. L’objectif est de « l’utiliser comme un concert préparatoire » commente l’architecte Jean-luc Perez pendant la conférence de presse. Ainsi, l’expérience du visiteur commence dès l’extérieur de pavillon d’exposition.

© Atelier du Prado

Un pavillon des Lumières

L’architecte Jean-luc Perez a cherché à créer « une oasis d’où émerge littéralement un baldaquin de lumière ». Il a mis la lumière au cœur du pavillon de la France qui a fait naître les Lumières, pour cela, trois dimensions ont été explorées :

  • La lumière comme philosophie : la lumière outil, qui éclaire et révèle, permettant de voir et progresser.
  • La lumière comme source de chaleur et de créativité : la lumière palpable, génératrice de chaleur et source d’innovation.
  • La lumière comme vecteur de connexion : la lumière qui relie, transporte et transmet les données.

© Atelier du Prado

Un pavillon habillé d’écran et de panneaux photovoltaïques

Le projet se scinde en deux volumes, l’un au socle du projet pour accueillir le public, le second, en hauteur pour recevoir les professionnels. Entre les deux, vient se créer un vide, « un dialogue avec le ciel » pour reprendre les mots de l’architecte. Ce vide est limité par une peau écran de 1 800 m2 avec un dais culminant à 20 mètres de hauteur. Les concepteurs expliquent avoir créer un ciel artificiel. À la conférence de presse, il précise que son œuvre est un « corps vivant en perpétuel mouvement » avant d’ajouter qu’il « sera toujours différent », en atteste la vidéo ci-dessous qui met en scène le mouvement de la lumière.

Pour alimenter cette immense surface digitale, le projet est également enveloppé de tuiles photovoltaïques sur une surface de 2 700 m2. Les architectes de l’Atelier du Prado se sont inspirés des palettes impressionnistes des Nymphéas de l’artiste Monet. « Chaque tuile solaire évoque une touche de peinture reflétant le ciel de France à Dubaï » expliquent les maîtres d’œuvres.

© Atelier du Prado

Un parvis avec jardin à la française

Sous la grande avancée destinée à accueillir les visiteurs professionnels de l’Exposition Universelle, un parvis de 1 000 m2 accueillera quatre jardins à la française. Les architectes ont prévu d’y planter des essences endémiques, des oliviers, des albizias, des flamboyants, des ficus, des arbres bouteille, des citronniers, des hibiscus, des yuccas ou encore des lauriers roses.

© Atelier du Prado

Scénographie du pavillon France Dubaï 2020

« Qu’il y a-t-il de plus universel que la lumière ? On peut être sensible à un coucher de soleil n’importe où sur le globe et quelle que soit sa culture. Nous avons choisi de placer la lumière comme chef d’orchestre de la scénographie, elle est le point de départ des toutes les intentions créatives du projet. À partir de là, nous nous sommes racontés l’histoire d’un voyage dans la lumière, de l’abstraction de la sensation vers les images concrètes de notre pays et des messages à transmettre » explique Jean-Marie Priol, Directeur Artistique du groupement Immersive(s), en charge de la scénographie.

© Atelier du Prado

L’expérience visiteur est actée en quatre séquences : l’émotion avec une approche immersive, la pédagogie avec une approche de fond, la technologie avec une approche expérientielle, le territoire avec une approche géographique. Le parcours scénographique se déploie sur près de 800 m2.

© Atelier du Prado

À la scénographie, on retrouve également un poids lourd du secteur, DUCKS Scéno, qui avait notamment travaillé avec l’architecte Jean Nouvel sur le musée de Lascaux IV, véritable musée manifeste qui cassait les codes de l’architecture.

© Atelier du Prado

Une visite personnalisée pour chaque visiteur

Le pavillon France sera doté de capteurs qui retransmettront les mouvements des visiteurs à travers des ondes et des vagues, l’ensemble sera synchronisé avec des effets sonores. Outre la déambulation des visiteurs, la scénographie aura également pour facteur la météo et la temporalité. L’objectif est d’offrir une visite personnalisée à chaque visiteur, ce qui nous rappelle ce qui se fait aujourd’hui dans le marketing ou encore nos flux d’actualités personnalisés sur les réseaux sociaux.

© Atelier du Prado

Le dernier niveau réservé au professionnel

L’étage qui s’organise autour d’une agora et d’un showroom accueillera des espaces de co-working, un laboratoire d’innovation, des bureaux et des salles de réunion. L’auditorium pourra accueillir près de 100 personnes assises et 200 places debout. L’étage s’achève avec un bar lounge de 40 mètres de long et 9 mètres de profondeur offrant une vue unique que le pavillon Mobilité de Norman Foster.

Choix techniques et environnementaux du pavillon France

Pour faire fonctionner cet ERP de 5 100 m2 en plein désert, les architectes ont commencé par jouer sur la morphologie afin de créer une grande ombre protectrice du soleil des Émirats. Le bureau d’études Otelio, en charge des questions environnementales a estimé que 80% de l’énergie consommée sera couverte par les tuiles photovoltaïques du pavillon France. Autre point, une micro station d’épuration sera créée pour recycler les eaux usées et fournir les réseaux d’eaux sanitaires. Cette solution permettra de diminuer de 30% les besoins en eaux potables du pavillon d’exposition.

© Atelier du Prado

Le pavillon France sera recyclable

Le pavillon France pour l’Exposition Universelle de Dubaï 2020 sera construit en charpente métallique. Le projet a été conçu de manière à être démonté, tout comme les plantations qui ont déjà une terre d’accueil pour l’après Expo. Le bureau d’études O.T.E Ingénierie a ainsi prévue une structure dont l’ensemble des liaisons mécaniques seront boulonnées.

Entreprises du projet :

Cofrex

Fondée par un décret de l’Etat le 17 Janvier 2018, la société COFREX (Compagnie Française des Expositions) est une SAS dont l’unique actionnaire est l’Etat. Elle a pour vocation de…

Atelier du Prado

L’Atelier du Prado est une agence d’architecture et d’urbanisme créée par Jean-Luc Pérez, à Marseille en 1992 et à Paris en 2008. L’agence est notamment connue pour avoir remporté la conception…

Celnikier & Grabli Architectes

Celnikier & Grabli Architectes, fondée en 2005, réunit au- tour de ses associés Jacob Celnikier et Pascal Grabli une équipe d’architectes mue par une volonté commune et col- légiale d’allier…

Ducks Sceno

De la conception scénique pour une salle de théâtre de 200 places ou un auditorium de 2000 places, de la mise en scène d’une exposition temporaire à la muséographie d’une…

Besix

Le Groupe BESIX est l’un des principaux groupes belges et l’une des plus grandes entreprises privées de construction en Europe, actif dans les secteurs de la construction, des concessions et…

Snaik

SNAIK est un atelier de création lumière qui produit des installations lumineuses remarquables. SNAIK réalise des mises en lumières architecturales, urbaines et paysagères, des scénographies, du mobilier urbain, des objets…

OTEO Ingénierie

Groupe OTEO Ingénierie est riche de 55 années d’expérience aujourd’hui mises au service du Pavillon France. Avec 250 collaborateurs et 40 M€ de chiffre d’affaires, le Groupe OTEO Ingénierie poursuit…

Bel Altia

Dès sa création en 1996 par Richard Denayrou, la société BEL ALTIA eut pour originalité de regrouper des compé- tences complémentaires en acoustique et scénographie et d’appliquer les plus récents…

Derniers projets :

Bridge, le futur siège d’Orange à Issy-les-Moulineaux par Jean-Paul Viguier et Associés

L’opérateur de téléphonie Orange se dotera d’un nouveau siège social à Issy-les-Moulineaux. Le bâtiment de 58 000 m2 dessiné par l’agence d’architecture Jean-Paul Viguier & Associés sera livré à l’été 2020.

Le pavillon de l’opportunité pour l’Exposition Universelle de Dubaï 2020 par BIG

Découvrez le pavillon de l’Opportunité dessiné par les architectes danois de l’agence BIG pour l’Exposition universelle de Dubaï 2020.

Siège de l’usine Pratic en Italie par GEZA – Gri e Zucchi Architettura

Pratic est un fabricant italien de protection solaire installé entre Udine et Spilimbergo, . Les architectes de GEZA – Gri e Zucchi Architettura viennent d’agrandir l’usine du fabricant de protection solaire.

71 logements sociaux à La Courneuve par MAO Architectes

MAO Architectes avec JTB architecture ont réalisé 71 logements sociaux pour le compte de la Plaine Commune Habitat et Batiplaine. Achevé en janvier 2019 après 20 mois de chantier, le projet implanté à la Courneuve près de Saint-Denis.

Lifting pour le campus de l’ESSEC à Cergy-Pontoise par AS. Architecture-Studio

L’ESSEC, la célèbre école de commerce implantée à Cergy-Pontoise va bénéficier d’une extension et d’une restructuration de son campus pour 2022. Le projet emmené par les architectes de AS.Architecture-Studio prévoit de rénover deux bâtiments existants et d’en construire un nouveau pour des activités sportives.

Le futur complexe Sportif Léo Lagrange à Val-de-Reuil sera dessiné par Studios Architecture

Studios Architecture va construire le futur complexe sportif Léon Lagrange à Val-de-Reuil en Normandie. Le projet accueillera une salle omnisports, une salle de combat et un dojo, la livraison est attendue pour le premier trimestre 2021.


La secrétaire d’état auprès du ministre de la transition écologie et solidaire, Brune Poirson a dévoilé aujourd’hui le projet lauréat pour le Pavillon France Dubaï 2020. C’est l’Atelier du Prado fondé par l’architecte Jean-luc Perez qui a été désigné lauréat. Son projet s’étend sur 55 mètres de large, 20 mètres de haut et 63 mètres de profondeur pour totaliser 5 100 m2 et 1 160 m2 de jardins.

Voir aussi :

Le parti pris architectural de l’Atelier du Prado surprend en faisant de la file d’attente l’élément central du projet. L’objectif est de « l’utiliser comme un concert préparatoire » commente l’architecte Jean-luc Perez pendant la conférence de presse. Ainsi, l’expérience du visiteur commence dès l’extérieur de pavillon d’exposition.

© Atelier du Prado

Un pavillon des Lumières

L’architecte Jean-luc Perez a cherché à créer « une oasis d’où émerge littéralement un baldaquin de lumière ». Il a mis la lumière au cœur du pavillon de la France qui a fait naître les Lumières, pour cela, trois dimensions ont été explorées :

  • La lumière comme philosophie : la lumière outil, qui éclaire et révèle, permettant de voir et progresser.
  • La lumière comme source de chaleur et de créativité : la lumière palpable, génératrice de chaleur et source d’innovation.
  • La lumière comme vecteur de connexion : la lumière qui relie, transporte et transmet les données.

© Atelier du Prado

Un pavillon habillé d’écran et de panneaux photovoltaïques

Le projet se scinde en deux volumes, l’un au socle du projet pour accueillir le public, le second, en hauteur pour recevoir les professionnels. Entre les deux, vient se créer un vide, « un dialogue avec le ciel » pour reprendre les mots de l’architecte. Ce vide est limité par une peau écran de 1 800 m2 avec un dais culminant à 20 mètres de hauteur. Les concepteurs expliquent avoir créer un ciel artificiel. À la conférence de presse, il précise que son œuvre est un « corps vivant en perpétuel mouvement » avant d’ajouter qu’il « sera toujours différent », en atteste la vidéo ci-dessous qui met en scène le mouvement de la lumière.

Pour alimenter cette immense surface digitale, le projet est également enveloppé de tuiles photovoltaïques sur une surface de 2 700 m2. Les architectes de l’Atelier du Prado se sont inspirés des palettes impressionnistes des Nymphéas de l’artiste Monet. « Chaque tuile solaire évoque une touche de peinture reflétant le ciel de France à Dubaï » expliquent les maîtres d’œuvres.

© Atelier du Prado

Un parvis avec jardin à la française

Sous la grande avancée destinée à accueillir les visiteurs professionnels de l’Exposition Universelle, un parvis de 1 000 m2 accueillera quatre jardins à la française. Les architectes ont prévu d’y planter des essences endémiques, des oliviers, des albizias, des flamboyants, des ficus, des arbres bouteille, des citronniers, des hibiscus, des yuccas ou encore des lauriers roses.

© Atelier du Prado

Scénographie du pavillon France Dubaï 2020

« Qu’il y a-t-il de plus universel que la lumière ? On peut être sensible à un coucher de soleil n’importe où sur le globe et quelle que soit sa culture. Nous avons choisi de placer la lumière comme chef d’orchestre de la scénographie, elle est le point de départ des toutes les intentions créatives du projet. À partir de là, nous nous sommes racontés l’histoire d’un voyage dans la lumière, de l’abstraction de la sensation vers les images concrètes de notre pays et des messages à transmettre » explique Jean-Marie Priol, Directeur Artistique du groupement Immersive(s), en charge de la scénographie.

© Atelier du Prado

L’expérience visiteur est actée en quatre séquences : l’émotion avec une approche immersive, la pédagogie avec une approche de fond, la technologie avec une approche expérientielle, le territoire avec une approche géographique. Le parcours scénographique se déploie sur près de 800 m2.

© Atelier du Prado

À la scénographie, on retrouve également un poids lourd du secteur, DUCKS Scéno, qui avait notamment travaillé avec l’architecte Jean Nouvel sur le musée de Lascaux IV, véritable musée manifeste qui cassait les codes de l’architecture.

© Atelier du Prado

Une visite personnalisée pour chaque visiteur

Le pavillon France sera doté de capteurs qui retransmettront les mouvements des visiteurs à travers des ondes et des vagues, l’ensemble sera synchronisé avec des effets sonores. Outre la déambulation des visiteurs, la scénographie aura également pour facteur la météo et la temporalité. L’objectif est d’offrir une visite personnalisée à chaque visiteur, ce qui nous rappelle ce qui se fait aujourd’hui dans le marketing ou encore nos flux d’actualités personnalisés sur les réseaux sociaux.

© Atelier du Prado

Le dernier niveau réservé au professionnel

L’étage qui s’organise autour d’une agora et d’un showroom accueillera des espaces de co-working, un laboratoire d’innovation, des bureaux et des salles de réunion. L’auditorium pourra accueillir près de 100 personnes assises et 200 places debout. L’étage s’achève avec un bar lounge de 40 mètres de long et 9 mètres de profondeur offrant une vue unique que le pavillon Mobilité de Norman Foster.

Choix techniques et environnementaux du pavillon France

Pour faire fonctionner cet ERP de 5 100 m2 en plein désert, les architectes ont commencé par jouer sur la morphologie afin de créer une grande ombre protectrice du soleil des Émirats. Le bureau d’études Otelio, en charge des questions environnementales a estimé que 80% de l’énergie consommée sera couverte par les tuiles photovoltaïques du pavillon France. Autre point, une micro station d’épuration sera créée pour recycler les eaux usées et fournir les réseaux d’eaux sanitaires. Cette solution permettra de diminuer de 30% les besoins en eaux potables du pavillon d’exposition.

© Atelier du Prado

Le pavillon France sera recyclable

Le pavillon France pour l’Exposition Universelle de Dubaï 2020 sera construit en charpente métallique. Le projet a été conçu de manière à être démonté, tout comme les plantations qui ont déjà une terre d’accueil pour l’après Expo. Le bureau d’études O.T.E Ingénierie a ainsi prévue une structure dont l’ensemble des liaisons mécaniques seront boulonnées.

Obtenez plus d'informations (surface, budget...) sur le projet en consultant la version ordinateur.

  • Juin 2018 : 13 candidatures reçues
  • 19 mars 2019 : désignation du lauréat
  • Mai 2019 : début du chantier
  • Septembre 2020 : fin du chantier

Cliquez sur les images pour lancer la galerie du projet :

2 Partages
Tweetez
Enregistrer
Partagez
Partagez