Un musée pour les voitures de Dallara par Alfonso Femia

Programme :

Localisation :

Certifications :

Fabricants du projet :

Désolé, aucun fabricant ne s'est manifesté pour ce projet.

Budget :

7800000

Surface :

1953.20

Parcelle :

5542.12


L’agence d’architecture d’Alfonso Femia vient de réaliser la Dallara Academy, un musée automobile né de l’ingénieur Giampaolo Dallara, qui a lancé sa propre marque de voiture de course dans les années 70 en Italie.

© Stefano Anzini

Pour construire cet équipement culturel, la maîtrise d’ouvrage, Varanobox SRL avait lancé un concours auprès de 7 équipes menées chacune par une entreprise de construction. Les six autres entreprises finalistes étaient : Italiana Costruzioni, Bodino engineering, Mario Neri, Cooperativa edile artigiana, Beltrami (Cremona), Colombo. Le projet se développe sur 1 953,20m2 pour un montant de 7,8 millions d’euros.

© Stefano Anzini

Contexte et implantation de la Dallara Academy

L’histoire de ce musée commence avec l’ingénieur polytechnicien italien Giampaolo Dallara, qui après avoir été ingénieur pour Ferrari, Maserati et Lamborghini, lance sa propre marque dénommée Dallara Automobili. Au début, l’entreprise conçoit des voitures pour la Formule 1 et Formule 3. Toutefois, ne connaissant pas de succès dans la Formule 1, la marque se spécialise dans la Formule 3.

© Stefano Anzini

Aujourd’hui, l’ingénieur âgé de 81 ans met sa passion dans les yeux de chacun à travers ce musée automobile qui abrite une quinzaine de voitures de Dallara Automobili. L’espace muséal est également accompagné d’un espace d’enseignement pour une formation technique post-Master.

© Atelier(s) Alfonso Femia

 

La Dallara Academy s’implante dans la région de Parme, en Italie, plus précisément dans la vallée du fleuve Ceno, dans la petite ville de Varano de’ Melegari qui compte 2 700 habitants. Interrogé par Actuarchi, les architectes nous racontent ce lieu : « Ce site a été choisi par Giampaolo Dallara car il est né à Varano de’ Melegari. Il y a toujours vécu et aime beaucoup cette petite ville. Il avait à coeur de faire un projet qui aurait une réelle valeur de gratitude pour sa terre natale. De plus, la région est célèbre et reconnue comme une “terre d’ingénierie automobile”, étant la région natale de Ferrari, Maserati, Lamborghini, Ducati et d’autres grandes marques d’ingénierie automobile ».

© Atelier(s) Alfonso Femia

Conception architecturale d’Alfonso Femia

L’enjeu pour les architectes était de traduire la pensée de l’ingénieur à travers l’architecture. Leur application qui a séduit l’ingénieur commanditaire, vient de se concrétiser par un bâtiment composé de trois aires, trois matérialités, trois objectifs. Les architectes ont pris soin de gommer les barrières entre les différents programmes (musée, formation, exposition), traduisant la confluence des disciplines de l’entreprise. Un travail qui se porsuit également dans la relation entre le projet et le site, ainsi, le touriste peut s’arrêté sur la chaussée et venir librement sous la rampe portant les véhicules. L’entrée du musée repose sur « un signe de bienvenue et de confiance » commentent les architectes.

© Stefano Anzini

L’agence d’Alfonso Femia nous explique : « La Dallara Academy est, en tout premier lieu, un hommage au territoire, à ses collines, à la couleur des rigoles qui alterne avec le vert de la forêt. En plus de cela, la manière dont Dallara travaille ses prototypes, faits de différents éléments, a inspiré la définition du bâtiment également composé de plusieurs parties : les cônes, la rampe et le trapèze, tous connectés entre eux ».

© Stefano Anzini

Pour mettre en œuvre le projet, les architectes ont joué sur les matériaux. Ainsi, la grande rampe est enveloppée d’une façade composée de tubes métalliques, rappelant la mécanique qui compose le cœur des automobiles. Les tubes, qui varient selon trois diamètres différents ont été recouverts d’une penture dorée très réfléchissante. Un choix que les architectes expliquent afin « d’accentuer les reflets de la lumière sur la façade courbée, qui se pare de couleurs toujours différentes selon le point de vue ». Ce demi-cylindre en plan fait face au fleuve Ceno, suivant la pente de la rampe, le bandeau vitré laisse entrevoir depuis l’extérieur les automobiles de la marque italienne. À l’intérieur, derrière la partie opaque, les installations bénéficient de l’ombre naturelle facilitant la lecture des écrans.

© Stefano Anzini

Le cœur du projet est construit autour de cônes étincelants. Ils abritent deux salles de formation, un espace scénographique, la banque d’accueil ainsi qu’un escalier pour le plus petit cône. Ces volumes sont quant à eux revêtu de céramique, dessinés par l’architecte et fabriqués par Casalgrande Padana.

© Stefano Anzini

Le dernier volume, tourné vers la montagne adopte une façade plus minérale avec un béton biodynamique produit par Styl-comp. Ce volume abrite les différents services de l’équipement, un amphithéâtre ainsi que des salles d’enseignement.

© Stefano Anzini

Les architectes témoignent : « La principale difficulté a été de pouvoir contrôler différents processus, ce qui était nécessaire afin de définir les trois systèmes de construction du bâtiment : des coins faits de béton armé à la rampe en acier, des cônes réalisés à partir de matière sèche et couverts de céramique ». Ce jeu de forme et de matière répond aux contradictions du lieu qui est la fois un espace de formation et de recherche tourné vers l’avenir, et un lieu de contemplation du passé avec le musée. « Un bâtiment à la fois rapide et lent, silencieux et sonore, technologique et poétique » ajoutent les architectes.

© Stefano Anzini

Choix techniques et environnementaux

La Dallera Academy est labélisée HQE BBC Classe A, pour ce faire la maîtrise d’œuvre a installé des panneaux photovoltaïques en silicium monocristallin sur la toiture, ainsi que des pompes à chaleur. Une solution de domotique est également en place pour contrôler les besoins et fournir les apports nécessaires en temps réels.

© Atelier(s) Alfonso Femia

Entreprises du projet :

Atelier(s) Alfonso Femia

Cabinet d’architecture basé à Paris

Derniers projets :

Bridge, le futur siège d’Orange à Issy-les-Moulineaux par Jean-Paul Viguier et Associés

L’opérateur de téléphonie Orange se dotera d’un nouveau siège social à Issy-les-Moulineaux. Le bâtiment de 58 000 m2 dessiné par l’agence d’architecture Jean-Paul Viguier & Associés sera livré à l’été 2020.

Le pavillon de l’opportunité pour l’Exposition Universelle de Dubaï 2020 par BIG

Découvrez le pavillon de l’Opportunité dessiné par les architectes danois de l’agence BIG pour l’Exposition universelle de Dubaï 2020.

Siège de l’usine Pratic en Italie par GEZA – Gri e Zucchi Architettura

Pratic est un fabricant italien de protection solaire installé entre Udine et Spilimbergo, . Les architectes de GEZA – Gri e Zucchi Architettura viennent d’agrandir l’usine du fabricant de protection solaire.

71 logements sociaux à La Courneuve par MAO Architectes

MAO Architectes avec JTB architecture ont réalisé 71 logements sociaux pour le compte de la Plaine Commune Habitat et Batiplaine. Achevé en janvier 2019 après 20 mois de chantier, le projet implanté à la Courneuve près de Saint-Denis.

Lifting pour le campus de l’ESSEC à Cergy-Pontoise par AS. Architecture-Studio

L’ESSEC, la célèbre école de commerce implantée à Cergy-Pontoise va bénéficier d’une extension et d’une restructuration de son campus pour 2022. Le projet emmené par les architectes de AS.Architecture-Studio prévoit de rénover deux bâtiments existants et d’en construire un nouveau pour des activités sportives.

Le futur complexe Sportif Léo Lagrange à Val-de-Reuil sera dessiné par Studios Architecture

Studios Architecture va construire le futur complexe sportif Léon Lagrange à Val-de-Reuil en Normandie. Le projet accueillera une salle omnisports, une salle de combat et un dojo, la livraison est attendue pour le premier trimestre 2021.


L’agence d’architecture d’Alfonso Femia vient de réaliser la Dallara Academy, un musée automobile né de l’ingénieur Giampaolo Dallara, qui a lancé sa propre marque de voiture de course dans les années 70 en Italie.

© Stefano Anzini

Pour construire cet équipement culturel, la maîtrise d’ouvrage, Varanobox SRL avait lancé un concours auprès de 7 équipes menées chacune par une entreprise de construction. Les six autres entreprises finalistes étaient : Italiana Costruzioni, Bodino engineering, Mario Neri, Cooperativa edile artigiana, Beltrami (Cremona), Colombo. Le projet se développe sur 1 953,20m2 pour un montant de 7,8 millions d’euros.

© Stefano Anzini

Contexte et implantation de la Dallara Academy

L’histoire de ce musée commence avec l’ingénieur polytechnicien italien Giampaolo Dallara, qui après avoir été ingénieur pour Ferrari, Maserati et Lamborghini, lance sa propre marque dénommée Dallara Automobili. Au début, l’entreprise conçoit des voitures pour la Formule 1 et Formule 3. Toutefois, ne connaissant pas de succès dans la Formule 1, la marque se spécialise dans la Formule 3.

© Stefano Anzini

Aujourd’hui, l’ingénieur âgé de 81 ans met sa passion dans les yeux de chacun à travers ce musée automobile qui abrite une quinzaine de voitures de Dallara Automobili. L’espace muséal est également accompagné d’un espace d’enseignement pour une formation technique post-Master.

© Atelier(s) Alfonso Femia

 

La Dallara Academy s’implante dans la région de Parme, en Italie, plus précisément dans la vallée du fleuve Ceno, dans la petite ville de Varano de’ Melegari qui compte 2 700 habitants. Interrogé par Actuarchi, les architectes nous racontent ce lieu : « Ce site a été choisi par Giampaolo Dallara car il est né à Varano de’ Melegari. Il y a toujours vécu et aime beaucoup cette petite ville. Il avait à coeur de faire un projet qui aurait une réelle valeur de gratitude pour sa terre natale. De plus, la région est célèbre et reconnue comme une “terre d’ingénierie automobile”, étant la région natale de Ferrari, Maserati, Lamborghini, Ducati et d’autres grandes marques d’ingénierie automobile ».

© Atelier(s) Alfonso Femia

Conception architecturale d’Alfonso Femia

L’enjeu pour les architectes était de traduire la pensée de l’ingénieur à travers l’architecture. Leur application qui a séduit l’ingénieur commanditaire, vient de se concrétiser par un bâtiment composé de trois aires, trois matérialités, trois objectifs. Les architectes ont pris soin de gommer les barrières entre les différents programmes (musée, formation, exposition), traduisant la confluence des disciplines de l’entreprise. Un travail qui se porsuit également dans la relation entre le projet et le site, ainsi, le touriste peut s’arrêté sur la chaussée et venir librement sous la rampe portant les véhicules. L’entrée du musée repose sur « un signe de bienvenue et de confiance » commentent les architectes.

© Stefano Anzini

L’agence d’Alfonso Femia nous explique : « La Dallara Academy est, en tout premier lieu, un hommage au territoire, à ses collines, à la couleur des rigoles qui alterne avec le vert de la forêt. En plus de cela, la manière dont Dallara travaille ses prototypes, faits de différents éléments, a inspiré la définition du bâtiment également composé de plusieurs parties : les cônes, la rampe et le trapèze, tous connectés entre eux ».

© Stefano Anzini

Pour mettre en œuvre le projet, les architectes ont joué sur les matériaux. Ainsi, la grande rampe est enveloppée d’une façade composée de tubes métalliques, rappelant la mécanique qui compose le cœur des automobiles. Les tubes, qui varient selon trois diamètres différents ont été recouverts d’une penture dorée très réfléchissante. Un choix que les architectes expliquent afin « d’accentuer les reflets de la lumière sur la façade courbée, qui se pare de couleurs toujours différentes selon le point de vue ». Ce demi-cylindre en plan fait face au fleuve Ceno, suivant la pente de la rampe, le bandeau vitré laisse entrevoir depuis l’extérieur les automobiles de la marque italienne. À l’intérieur, derrière la partie opaque, les installations bénéficient de l’ombre naturelle facilitant la lecture des écrans.

© Stefano Anzini

Le cœur du projet est construit autour de cônes étincelants. Ils abritent deux salles de formation, un espace scénographique, la banque d’accueil ainsi qu’un escalier pour le plus petit cône. Ces volumes sont quant à eux revêtu de céramique, dessinés par l’architecte et fabriqués par Casalgrande Padana.

© Stefano Anzini

Le dernier volume, tourné vers la montagne adopte une façade plus minérale avec un béton biodynamique produit par Styl-comp. Ce volume abrite les différents services de l’équipement, un amphithéâtre ainsi que des salles d’enseignement.

© Stefano Anzini

Les architectes témoignent : « La principale difficulté a été de pouvoir contrôler différents processus, ce qui était nécessaire afin de définir les trois systèmes de construction du bâtiment : des coins faits de béton armé à la rampe en acier, des cônes réalisés à partir de matière sèche et couverts de céramique ». Ce jeu de forme et de matière répond aux contradictions du lieu qui est la fois un espace de formation et de recherche tourné vers l’avenir, et un lieu de contemplation du passé avec le musée. « Un bâtiment à la fois rapide et lent, silencieux et sonore, technologique et poétique » ajoutent les architectes.

© Stefano Anzini

Choix techniques et environnementaux

La Dallera Academy est labélisée HQE BBC Classe A, pour ce faire la maîtrise d’œuvre a installé des panneaux photovoltaïques en silicium monocristallin sur la toiture, ainsi que des pompes à chaleur. Une solution de domotique est également en place pour contrôler les besoins et fournir les apports nécessaires en temps réels.

© Atelier(s) Alfonso Femia

Obtenez plus d'informations (surface, budget...) sur le projet en consultant la version ordinateur.

  • Architecte : Atelier(s) Alfonso Femia
  • Équipe : Alfonso Femia,  Lorenza Barabino, Alessandro Bellus, Luca Bonsignorio, Angela Cavallari, Simonetta Cenci, Marco Corazza, Alfonso Femia, Chiara Frumento, Andrea Lucchi, Sara Massa, Enrico Martino, Vera Messana, Michela Scala, Ilaria Sisto, Vincenzo Tripodi, Stefano Cioncoloni, Gaia D’Abrosca, Elena Molfino, Tania Poggi, Corrado Vaschetti
  • Maître d’ouvrage : Varanobox SRL
  • BET Structure : Redesco Progetti srl
  • BET CFA CFO : FOR Engineering Architecture
  • BET Fluides : FOR Engineering Architecture
  • Scénographie muséale : Atelier(s) Alfonso Femia avec Tapiro Design
  • Architecte d’intérieur : Alfonso Femia AF*design
  • Éclairage : Alfonso Femia AF*design avec Invisible Lab (Silvia Perego)
  • Sécurité : Ecogeo srl
  • OPC : Simonetta Cenci
  • Entreprise générale : Mario Neri spa
  • Fabricants : Gec.al. Serramenti s.r.l. (tubes de la façade principale, menuiserie), Casalgrande Padana (céramique), Styl-comp (béton)
  • 2015 : Demande de permis de construire
  • Février 2017 : Début du chantier
  • Septembre 2018 : Date de livraison

Cliquez sur les images pour lancer la galerie du projet :

Partagez
Tweetez
Partagez
Enregistrer